J’ai, dans ma liste d’abonnés à ma newsletter des jeunes femmes formidables, qui ont suffisamment d’ouverture d’esprit pour s’inscrire ET qui n’ont pas encore d’enfant ! Moi même, j’aurais tellement aimé avoir un accompagnement avant d’avoir des enfants !…ou tout au moins quand nous avons décidé d’en avoir ! C’est comme dans la vie, on ne vous met pas à un poste à haute responsabilité si vous n’avez pas un minimum de formation avant !

Certains se forment « sur le tas », quelque fois s’en sortent vraiment très bien et sans diplômes mais bon… un peu d’aide bienveillante pour ne pas être démuni dans le feu de l’action c’est comme une lumière qui nous guide vers un autre chemin, c’est comme une voix qui nous dit : « oui, c’est bien, c’est comme ça que tu peux faire…continue… »

Dans Le temps des amours de Marcel Pagnol, on trouve cette phrase incroyable : « Dès que les professeurs commencèrent à le traiter en bon élève, il le devint véritablement. » Ce qui me donne envie de parler aujourd’hui aux mamans ou mamans « en devenir » (et de transmettre aux papas !) de l’effet Pygmalion…

Pygmalion, dans la mythologie grecque, est un sculpteur qui a réalisé la statue d’une jeune fille et en est tombé amoureux. La déesse Aphrodite, émue par son geste et souhaitant le bonheur de Pygmalion donne vie à la statue. Ainsi, notre sculpteur qui a imaginé la plus belle des femmes se trouve en présence de son rêve subitement éveillé à la vie et l’épouse ! L’idée derrière cette histoire est que les attentes des autres peuvent avoir un effet sur le sujet …

L’effet Pygmalion, c’est le principe d’une prophétie auto-réalisatrice qui provoque une amélioration des performances d’un sujet, en fonction du degré de croyance en sa réussite. Le simple fait de croire en la réussite de quelqu’un améliore ainsi ses probabilités de succès. C’est ainsi que les psychologues Robert Rosenthal et Lenore Jacobson se passionnent pour le sujet et réalisent l’expérience suivante. Ils se sont présentés à une école d’un quartier défavorisé de San Francisco en expliquant aux professeurs qu’ils participent à une étude à Harvard sur les élèves à travers un test de QI.

Ils font passer le test à tous les élèves et s’arrangent pour biaiser les résultats. Les notes sont données de façon aléatoire et vingt pourcent des élèves se sont vu attribuer des résultats surévalués. Un an plus tard, le résultat a montré que les élèves surévalués ont amélioré de 5 à plus de 25 points leurs performances au test d’intelligence.

Il y a de fortes chances que les professeurs vis à vis des élèves « aux bonnes notes » se sont adressés à eux inconsciemment de façon plus encourageante, plus stimulante, de telle sorte que l’élève va effectivement acquérir les connaissances. Nul doute que les professeurs ont certainement dit à certains : « oui, c’est bien, c’est comme ça que tu peux faire, continue… » Petit à petit cela peut faire une grande différence…Voyez dans vos enfants des princes et des princesses, pas besoin de couronne, à leur façon, ils le deviendront !

Et si vous voulez apprendre comment changer d’état d’esprit pour que vos enfants deviennent véritablement ce que vous imaginez de mieux pour eux, rejoignez mes ateliers !

Vous avez aimé ma lettre ?

Le témoignage le plus sympa est de la diffuser à vos amis !

Je serais ravie de les ajouter à notre groupe de parents sur Facebook.

Vous voulez me donner votre avis sur ce que vous venez de lire ?

Çà m’intéresse ! Vous pouvez le faire ici !