Vous connaissez sans doute l’expression : « La parole est d’argent, le silence est d’or ! » Le silence, outil utilisé par les meilleurs négociateurs ou diplomates qui, lors d’un silence total, incitent leur interlocuteur à reprendre la parole et faire un pas en avant par besoin de combler le vide qui s’installe ! Le silence, outil utilisé par les parents avisés (ceux qui ont suivi mes ateliers… ahahah !) qui savent que quelque fois, se taire représente une communication non-verbale puissante.

Une de mes coachées m’a avoué un jour : « Mon fils me dit qu’il ne supporte plus le son de ma voix… » Pour ne pas en arriver à ces extrêmes, quand le son de la voix devient un obstacle à la communication, comment le silence peut-il être une source de renforcement du lien parent-enfant ?

Je vais introduire mon sujet par cette vidéo puissante qui va tout de suite vous mettre dans l’ambiance ! Je vous invite à prendre 3 minutes pour la visionner  ICI  avant de lire la suite !

Trois minutes plus tard…Qu’est ce que l’attitude de ce papa vous inspire ? Quel message son attitude communique-elle à son enfant ? Que serait-il passé si le papa s’était mis en colère ? Et surtout, si vous étiez à la place de cet enfant que ressentiriez-vous ?

A l’opposé d’une escalade des tensions par la parole, le silence induit l’écoute, l’empathie et l’apaisement du système limbique ! Savoir se taire en parentalité, ce n’est pas forcer son enfant à combler un vide comme nos chers négociateurs ! Savoir se taire, c’est se mettre dans le rôle de l’écoutant même si vous pensez justifier de bons arguments et savez avoir raison sur un sujet.

Dans le cas de ce petit enfant, le silence lui offre une sécurité intérieure. Le petit intègre qu’il peut compter sur son papa qui comprend que son cerveau n’a pas encore la capacité à son âge de maîtriser son émotion. Pour votre ado, savoir se taire, c’est laisser à votre enfant un espace pour qu’il puisse comprendre ce qui se passe en lui.  Lui donner une opportunité d’apprendre à prendre des décisions par lui-même, sans votre intervention (et il aura des tonnes à prendre dans sa vie) même si les conséquences ne sont pas les meilleures escomptées. Lui donner une chance par votre attitude inébranlable (quelque fois stoïque !) de s’identifier à un parent qui accueille et respecte ses émotions et décisions tout en l’aimant inconditionnellement comme il est.

Comme l’écrit très bien Colette Portelance dans son livre Eduquer pour rendre heureux : « Le silence dans une relation favorise l’intériorisation. Il ouvre sur l’espace émotionnel et spirituel. Il oriente l’attention sur le monde intérieur des interlocuteurs. Il est le révélateur par excellence de l’inconnu qui les habite. »

De façon générale et surtout en ce moment où nous passons beaucoup de temps à la maison, réduire le niveau sonore est propice à un certain bien-être. Mes enfants petits, j’imposais de dîner à la lueur d’une bougie ! Et oui, je sais être d’une autorité incontestée quand ma santé mentale est en jeu ! Essayez, vous verrez ! Effet immédiat sur les décibels et silence retrouvé !

Et pour apprendre le secret des émotions et les outils de communication non-violente pour les gérer à tout âge, en toute bienveillance et avec fermeté sans mettre des bougies dans toute la maison… rejoignez mes ateliers, c’est facile, en ligne et c’est ICI !