La rentrée est là et il nous faut un peu d’encouragements du Docteur Coué pour y faire face avec une énergie… non masquée ! Le soleil étant toujours présent, profitons de cet astre essentiel pour nous souvenir de notre été lumineux et de ce que nous avions alors dans nos assiettes ou plutôt dans celles de nos enfants.

Car oui, si la pause estivale est propice à la détente de la famille, la bonne ambiance serait-elle aussi en relation avec l’alimentation et les repas que nous prenons plus le temps de préparer ensemble durant les vacances ?

Et si ce que votre enfant mange avait une influence sur son humeur  ?

Les liens entre le contenu de l’assiette de votre enfant et son équilibre émotionnel commencent à être étudiés bien qu’Hippocrate en bon précurseur affirmait près de 400 ans avant notre ère « Que ton aliment soit ton médicament »…

L’intérêt est de comprendre que l’intestin des enfants, tout comme le nôtre (heureusement !) est lié directement au cerveau. On parle ici d’un organe important puisqu’il mesure environs sept mètres ! Attention aux âmes sensibles : le temps nécessaire pour qu’un aliment passe de la bouche à l’anus, varie avec l’âge.  Au cours du premier mois de vie, le temps de transit est de 8 heures, à 2 ans, il est de 16 heures, et plus ça va plus c’est lent … Donc le cerveau a au moins 8 heures pour être sollicité  !

L’intestin, souvent qualifié de deuxième cerveau possède plus de 200 millions de neurones (autant que le cerveau d’un chat !) qui communiquent avec le système nerveux central. Pas moins de 95 % de la sérotonine produite dans l’intestin est transmise au cerveau (neurotransmetteur aussi appelé « hormone de la sérénité ») pour réguler l’humeur et le comportement.

Giulia Enders, dans son best seller « Le charme discret des intestins » nous fait part des dernières recherches en cours sur le lien entre l’intestin et le traitement des émotions. Il s’avère que seuls 10% des nerfs qui relient le cerveau et les intestins transfèrent les informations du cerveau vers les intestins.  Ce pourcentage monte à 90 %  quand il s’agit de transférer des informations de l’intestin vers le cerveau. Le plus intéressant étant que ces informations de l’intestin vers le cerveau vont directement dans des zones telles que le traitement des émotions. Fascinant !

Comment agir sur l’humeur de nos enfants ? L’intestin enregistre donc des informations, notamment sur la qualité des hormones dans le sang avant de l’envoyer au cerveau.  L’humeur étant reliée aux hormones, voici ce que vous pouvez  facilement ajouter dans leur assiette pour stimuler ces dernières, d’après le livre  « Good food, Good Mood »  de Jenny Chatenet : des kiwis, des courgettes, des bananes, des lentilles, des poivrons, des tomates, des champignons, du poisson, du brocoli, du sirop d’érable, du riz…

Et si après cette petite cure ou ces nouvelles habitudes, vous vous mettez toujours la « rate au court-bouillon » ou si vous vous « faites de la bile »…tout en inspectant l’assiette de votre enfant, essayez aussi les ateliers parentaux, c’est  digeste, appétissant, en ligne et c’est ICI !