C’est l’histoire d’un petit garçon qui crie en pleurant, « j’ai peur ! » face au gros chien en face de lui. Il prend la main de son père qui lui dit de façon péremptoire : « Arrête de pleurer, ce chien n’est pas méchant. Regarde ton frère, il est plus jeune que toi et il n’a pas peur, lui !

Notre petit garçon se tait, réprime ses larmes craignant la réaction de son père. Se sentant inférieur à son petit frère, il développe la croyance que pour être aimé, il ne doit pas pleurer ou montrer qu’il a peur. Jusqu’où nos enfants apprennent à se fabriquer un personnage « acceptable » pour plaire à leur parent ? En quoi accepter les émotions de son enfant peut contribuer à l’aider à être lui-même dans sa vie ?

A l’instar de ce petit garçon, l’être humain peut se fabriquer une image, convaincu inconsciemment ou non que certains éléments de sa personne ne seront pas aimés étant donné qu’ils ont été rejetés par leur éducateur. Il a donc appris à rejeter lui-même. La grande difficulté de l’éducation se situe là. Comment mener un enfant vers son essence, sa vérité profonde ? C’est à dire comment l’aider à évoquer ses besoins, ses désirs, ses émotions, ses sentiments, ses opinons pour qu’il agisse dans sa vie en accord avec lui-même plutôt que de prendre comme référence les critiques, les valeurs et les jugements des autres ?

L’authenticité, être soi-même apporte un tel bien-être et une telle liberté qu’il serait dommage d’en priver nos enfants. Comment commencer ? Par nous ! Souvent dans mes ateliers je fais jouer au parent le rôle de son enfant pour qu’il comprenne le ressenti de ce dernier.

Prenez le temps de vous détendre quelques minutes…Fermez les yeux, pensez à une personne de votre entourage en présence de laquelle vous êtes détendu(e), face à qui vous vous sentez libre d’être vous-même. Vous n’avez pas peur d’être jugé(e) et avez toujours le sentiment d’être à la hauteur…Notez quelles qualités il ou elle peut avoir pour vous procurer cet état de bien-être. Quelles sont les conséquences de son attitude sur certains aspects de votre vie ?

Puis, pensez à une personne avec qui vous ne vous sentez pas à l’aise, avec qui vous perdez tout élan de spontanéité et n’êtes plus vous-même. Notez quels sont les traits de caractère de cette personne qui vous empêchent d’être vous-même. Quelles sont les conséquences de son tempérament sur votre vie ?

Agir en fonction du regard des autres pour ne pas être jugé est humain. Dans certaines circonstances on apprend à ne pas être authentique pour ne pas être rejeté(e). A certains moments, on ne se sent pas assez fort(e) pour subir les conséquences de la révélation de notre pensé véritable.

Chaque parent ayant son propre chemin et ayant aussi à vivre les conséquences positives ou négatives de sa propre éducation, soyons indulgent(e) avec nous-même ! La prise de conscience des qualités de la première personne évoquée plus haut pour les faire sienne est déjà un grand pas  ! Le parent attentif à ces qualités permettra à l’enfant de savoir évoquer ses besoins et ses émotions pour ne pas grandir à l’ombre de lui-même. Cet enfant grandira en faisant davantage confiance à sa perception intérieure plutôt qu’aux injonctions extérieures tellement bien illustrées par Jacques Dutronc dans sa chanson  Fais pas ci, fais pas ca !

Etre soi-même étant aussi, accepter ses zones d’ombre, si vous en voyez chez vos enfants souvenez  vous de cette jolie citation de Leonard Cohen, « Il y a une faille en chaque chose. C’est par là que jaillit la lumière ». Et pour connaître votre style parental et découvrir celui qui permettra à votre enfant de satisfaire ses besoins tout en respectant les vôtres, être lui-même sans sentir votre jugement, explorer ses failles pour en ressortir sa lumière… rejoignez mes ateliers ! C’est facile, en ligne, et c’est ICI !