Etes-vous un parent hélicoptère ?

Alors que la période estivale touche à sa fin et que la rentrée est bien là….profitez du dernier quiz incontournable de l’été que vous ferez en rêvant aux prochaines vacances hélitreuillé(e) vers le septième ciel ! Yessss !

Trouvez la bonne réponse !

Un parent hélicoptère est un parent qui…

1. rêve de s’échapper très rapidement durant le 18 :00-20 :00 hrs

2. est soucieux d’apprendre l’orthographe du mot hélicoptère à son enfant

3. joue souvent en cachette avec l’hélicoptère Playmobil de son enfant

4. est capable de couvrir de sa voix stridente, le bruit d’un décollage

5. a un style parental caractéristique d’un parent qui plane…

 

Vous avez trouvé ? Voici la bonne réponse ! L’expression de « Parent Hélicoptère » datant des années 70 est d’abord utilisée par le docteur Haim Ginott qui rapportait la plainte d’adolescents sur le fait que leurs parents planaient au-dessus d’eux en permanence comme un hélicoptère ! On notera l’intelligence de la métaphore de ces adolescents qui devaient se sentir légèrement surveillés !

Qu’est-ce qu’un Parent Hélicoptère ? C’est un parent qui est très concentré sur son enfant. Il va se sentir responsable de ses succès comme de ses échecs, il aura tendance à le surprotéger ou à trop le contrôler. On verra ce parent appeler un professeur si une note est mauvaise, s’assurer qu’il ait bien LE bon professeur cette année, l’aider outre mesure pour ses devoirs ou autres projets. A la décharge du parent… Qui n’a pas jamais été préoccupé des conséquences sur son enfant du fait qu’il ne soit pas dans la bonne école ou la bonne classe, n’ait pas les bonnes notes, le bon parcours pour intégrer, telle ou telle université ? Qui peut résister à la pression des autres parents hélicoptères et ne pas faire comme eux ?

En vous écrivant tout cela, j’avoue que, moi la première, j’ai été dans certains cas un parent hélicoptère. Mais si à présent je vous raconte ce qui m’a vite guéri de le rester, c’est pour les raisons suivantes…

C’est une manœuvre délicate de s’investir dans l’éducation de nos enfants sans pour autant trop les protéger. Dans certaines situations, on peut se poser la question : « Est-ce que je fais/dis cela pour mon « bien » ou pour celui de mon enfant ?   Si c’est pour le « bien » du parent, c’est que cela satisfait les besoins du parent sans se préoccuper de ceux de l’enfant. C’est une forme de dictature. Et comme lorsqu’on plante une graine, on n’en voit le résultat que plus tard…Surprotéger son enfant, faire à sa place, craindre la manifestation de sa frustration, vouloir lui éviter des émotions désagréables n’apprend rien à l’enfant.

Or la vie d’un enfant, c’est apprendre de ses échecs, c’est savoir que son parent croit en ses capacités et être responsabilisé, c’est découvrir ce dont il est capable de faire seul, c’est savoir faire face à ses frustrations, c’est gagner de la confiance en lui grâce à ses propres expériences.

Sommes nous vraiment sûrs de les priver de tout cela ?

Sachant qu’en descendant de notre hélicoptère on lui permet de vivre ces émotions, sachons atterrir, oublier cet engin trop bruyant et se poser la question…

– Est-ce que mon enfant a physiquement ou mentalement l’âge de faire cela seul ?

– Est-ce que ce que je lui dis est rationnel ou est-ce que là, je souhaite protéger l’enfant qui est au fond de moi…

Oullala, grand sujet de réflexion ! Ces dernières semaines estivales ayant sans doute été pour vous propices à la détente…profitez-en !  Oubliez ce parent hélicoptère, laissez vous porter par les vents favorables au lâcher-prise ! Fi de l’hélicoptère,  montez dans un planeur….

Je vous souhaite une douce rentrée !

Vous avez aimé ma lettre ?

Le témoignage le plus sympa est de la diffuser à vos amis !

Je serais ravie de les ajouter à notre groupe de parents sur Facebook.

Vous voulez me donner votre avis sur ce que vous venez de lire ?

Çà m’intéresse ! Vous pouvez le faire ici !