Cette lettre ayant été baptisée «la newsletter qui fait du bien »… je vous lance des petites bulles de bien-être malgré la folle ambiance générale ! Aujourd’hui je vais vous parler des commentaires positifs que nous donnons à nos enfants. Pourquoi donner ces appréciations positives est une nécessité absolue ? Comment ces commentaires agissent sur leur performance et leur motivation ? En quoi la critique négative les déconcentrent ?

Sur mon site j’ai repris la belle citation de Goethe : «  Si vous traitez quelqu’un comme il est, il restera comme il est. Mais si vous le traitez comme si il était ce qu’il pourrait être, il sera ce qu’il pourrait être. »

Quelle vision avez vous de votre enfant plus tard ? Je commence toujours mes coaching par cette question qui se traduit par une liste, faite par le parent, des qualités qu’il imagine que son enfant aura quand il quittera la maison. Puis tout au long du coaching, cette liste sert de référence quand une solution ou un « outil » est trouvé afin de voir si cette solution contribue à construire les qualités escomptées sur la liste. Un des outils est le commentaire positif, un retour bienveillant sur ce qui s’est passé, meilleur moyen pour construire la confiance en lui de votre enfant.

Il sort d’une étude (Gallup Management Journal, 14 Octobre 2004) que nous réagissons positivement à la critique négative seulement une fois sur treize. Nous ne recevons en moyenne que deux à trois minutes de commentaires positifs par an, en contre partie de milliers d’heures de critique négatives. D’ou vient donc cette idée folle que la critique motive les enfants ? Donner des commentaires positifs est la clé de la performance. La performance de nos enfants est initiée par leur émotion qui elle même dépend de leur pensé. La pensée est donc le moteur de l’action. Si cette pensée est négative, avec des interférences comme l’anxiété, la peur du parent ou une émotion forte, le cerveau de votre enfant ne pourra pas se concentrer sur une amélioration, il va se détacher de ce qu’il voit ou entend. Subissant une critique, son système limbique (ses émotions) sera sollicité au dépend de son cortex préfrontal (sa réflexion) et vous n’aurez pas contribué à construire les qualités de la liste citée plus haut.

En d’autres termes la performance (p) est égale au potentiel (P) de votre enfant moins les interférences (I) : p = P-I .Votre enfant sera bien meilleur si vous mettez l’accent sur tout ce qu’il fait de bien. Lui faire remarquer ses contributions positives même si ce qu’il a fait vous semble « normal » est un bon début pour continuer à mettre l’accent sur tout ce qu’il fait de bien ! Je ne résiste d’ailleurs pas à vous transmettre ICIla chanson « Accentuate the Positive » version Disney pour vos enfants !

Et comme, bonne nouvelle, les adultes ont un cerveau semblable aux enfants…j’ai en tête toutes les remarques positives que m’ont fait récemment mes amies sur ma nouvelle activité de création de bijoux. Les « continue c’est super ! », « quelle créativité ! », « tu as un don ! » m’ont fait chaud au cœur. Alors voilà, j’ai installé mon atelier à la maison et voici ma première création ici ! Je rédigerai moins de news letter à l’avenir pour me consacrer à ce qui m’anime depuis bien longtemps et que mon entourage m’encourage à faire. Je me permettrai de partager avec vous mes premières productions  ! Mes performances (p) seront j’espère égales à mon potentiel (P) car il n’y a plus d’interférences (I) !

Et comme dans ce chemin de vie nous avons tous besoin de la bienveillance des uns et des autres, je reste disponible pour vous aider car la parentalité est une des plus belles choses que l’existence nous offre.

Je vous embrasse.